polke peinture photographie

La peinture criblée de photographique

une  photographique taché de peinture répond symétriquement la peinture criblée de photographique. En même temps que d’autres artistes Richter en Allemagne, Warhold, Rauschenberg au Etats-Unis, Hamilton en Angleterre, Fromanger en France – la liste est évidemment loin d’être exhaustive) Polke peint en effet des photographies sur ses toiles. Mais ce qui fait l’originalité du dialogue Polkien, outre les forces des Rasterbilder, ces « images tramées » où les points d’impression sont rendus visibles, c est que plus que tout autre, le photographique apparaît comme un processus matériel pour la peinture elle-même. Et dans ce mouvement de convergent d’hybridation, qui ne peut avoir lieu qu’en zone France, que dans un no medium’s land, c est le processus même de l’identification qui se trouve corrodé.

Tous les peintres, tous sans exception devraient copier des photos. Et faire comme moi (même en ce qui concerne le choix). Ce genre de tableaux devrait être exposé partout, accroché partout dans les appartements, les restaurants, les bureaux, dans les gares et les églises, en tous lieux. Puis on organiserait de grands concours de peinture, le jury évaluerait le sujet, le rendu, la rapidité d’exécution, puis il distribuerait des médailles. Chaque jour la radio et la télévision parleraient des œuvres les plus récentes. Au bout d’un certain temps, des lois entreraient en vigueur pour punir les peintres qui n’auraient pas copié suffisamment de photos. On les appliquerait pendant 400 ans, en suite on interdirait la peinture selon photo dans toute l’Allemagne.

polke

Ce désopilant souhait formulé pour leur exposition de 1966 est dans sa force comique même, porteur d’une vérité. Il s’agit bien évidemment, et avant tout d’un vaste blague, qui fantasme un avenir d’art officiel dans le Réalisme capitaliste – diffusion de masse d’art sur la culture de masse – Dans un pays qui traîne une très lourde histoire basée sur la dictature est comme une provocation. Mais ce teste d’après Xavier Domino place la question de la photographie au cœur même de son enjeu. La photographie est utilisée dans la peinture de Polke comme un support témoins de la société de consommation. Il l’utilise comme instrument de la diffusion en masse des images, pour représenter cette culture de masse dont le réalisme capitaliste en tend dénoncer les travers.

Support pour les masses et accessible aux masses, le photographique intéresse particulièrement le peintre soucieux de se rapprocher de la réalité. La photographie est passée au crible de la peinture.

Pratique de la photographie chez Sigmar Polke

D après livre de Xavier Domino

Le photographique chez Sigmar Polke

Ce contenu a été publié dans art photographie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.