Marc Turlan

L’Anthropocentriques collages de Marc Turlan

Mac Turlan

Les Assemblages de Marc Turlan exposés à la galerie Anne de Villepoix se présentent comme une collision entre des visages contemporains et des masques antiques et Africains d’un autre Age. Il lance un processus fantastique qui impressionne. C’est aussi sur le plan des techniques artistiques une confrontation de la photographie avec des antiquités lointaines perdues dans les brumes du temps. Ces assemblages peuvent s’interpréter comme un choc de civilisation.
L’Anthropocentrique collage : ce titre peut être étonnant pour une série de tableaux de ce type si on se remémorer la définition de ce mot savant. Il s’agit de faire admettre que l’homme est au centre de l’univers où l’on peut définir la réalité seulement par rapport à l’homme.
Il nous est suggéré que nous avons de lointaine origine venant d’un long processus antique religieux et mystique.

Cela explique la démarche de L’ »Anthropocentriques collages » qui évoque le mythe et les croyances analysées par Lévis Strass. Ces croyances dans les mythes sont sous-jacentes à travers ces masques qui représentent des civilisations et diverses religions perdues. Pourtant Mac Turban découpe simplement ces images dans les magazines qui évoquent ou présentent ces mythologies. Ils sont des matériaux bruts figurant désormais dans des revues spécialisés. Une banalité des images qui par la collision déterminer d’autres images
André Breton n’aurait pas dénigrés cette série de collages dont les éléments essentiels font partie de l’univers surréaliste. Il s’agit chez Turlan d’un surréalisme mystique qui effleure une société occidentale largement laïque.
Dans ces collages il n y a pas de dénonciation mais des matériaux photographiques qui sont simplement rapprochés pour donner un sens et interpeler l’histoire et la mythologie.

Galerie Anne de Villepoix  du 8 sept 2009 au 10 oct 2012

Ce contenu a été publié dans expositions, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.