Jiri Kolar Poésie collage

Jiří Kolář Poésie du collage

Exposition   – Jiří Kolář. Paris 6e » Expositions, visites et découvertes.  11 avr. 2014 – 7 juin 2014 … Galerie Alain Le Gaillard 19 rue Mazarine Paris 5ème

de Jiri kolar

Jiri kolar

Poésie du collage et oeuvre littéraire  de Jiri Kolar

Séduit par la poésie futuriste et surréaliste le tchèque Jiri Kolar devient collagiste dès le début des années 30 du XXème siècle. Né en 1914 à Protivén (Bohème) et décédé à Prague en août 2002. Avant de publier son premier livre en 1941 Il a appris le métier de menuisier. Son oeuvre littéraire, inédite actuellement en Tchécoslovaquie, comprend une dizaine de recueils de poésie, trois volumes de textes et deux pièces de théâtre. II cesse d’écrire à la fin des années cinquante pour se consacrer à une poésie évidente fondée essentiellement sur le collage. Ses expérimentations plastiques lui valent, en 1969, le prix de la Xème Biennale de Sao Paolo et, en 1971, le prix Gottfried Von Herder de l’université de Vienne. Après un passage à Berlin, il habite Paris en 1980, où il expose alors à La galerie Maeght-Lelong qui éditait la Revue K .

Yves Bosseur dans son livre le collage d’un art à l’autre : dans l’oeuvre de Kolar,  la reproduction d’une image qui devient culturelle et originale en s’inscrivant dans un tout autre contexte. Et la distinction entre l’unique et le multiple est, de ce fait caduque. Ses techniques constituent autant de cibles pour ausculter, sonder l’intimité des images ainsi que les rapports qu’elles entretiennent avec d’autres. Toutefois, le goût, les critères esthétiques de nature subjective ne suffiraient pas pour brasser de tels réseaux d’images, d’objets trouvés, et pour les mener jusqu’à des conséquences insoupçonnées. Dans le Dictionnaire de la méthode, il évoque poétiquement plus deux cents techniques de transformation, collage, à partir de documents trouvés, de reproduction de tableaux, d’écritures imprimées ou imaginaire (comme les » analphabétogrammes »).

Dans ce Dictionnaire du collage il indique. (voir aussi le vocabulaire du collage)

« Je crée des affrontements d’images exactement de la même manière que les affrontements nous créent. En mettant en relation ou en découvrant les relations entre les éléments d’images, je mets à nu des possibilités ignorées mais je déclenche aussi un processus qui évoluera lui-même dans le temps. C’est la condition de toute création »

Figure emblématique du postmodernisme et de la dissidence intellectuelle tchèque, Jiri Kolar débuta sa carrière comme poète dans les années trente. Désireux de « s’aventurer en dehors du mot », il se consacra, à partir de la fin des années cinquante, à l’art du collage qu’il renouvela dans le sens d’une poésie visuelle issue de la tradition surréaliste. Sans doute prédestiné à ce mode d’expression en raison de son nom qui – ironie du langage – se prononce « collage » en tchèque, il expérimenta une centaine de procédés associant objets usuels, reproductions de tableaux célèbres et papiers imprimés. Exilé en France de 1980 à 1999, Jiri Kolar a acquis très tôt une réputation internationale mais demeure encore peu connu dans notre pays.

L’ensemble de son oeuvre renvoie l’ensemble de la société industrielle qu’il a connu en montrant par l’accumulation, la prolifération, le rapport à des lieux et au temps.

Dans son dictionnaire de la méthode il évoque plus de 200 techniques de collage, à partir de documents. Il indique

Je crée des affrontements d’images exactement de la même manière que les affrontements nous créent. En mettant en relation ou en découvrant les relations entre les éléments d’images, je mets à nu des possibilités ignorées, mais je déclenche aussi un processus qui évoluera lui-même dans le temps. C’est la condition de toute création.

Origine entretien avec Jean Yves Bosseur 1981.

Des diverses techniques de collage on pourra consulter le glossaire sur des termes insolites : le Chiasmage, le décaligramme, Disformation, le maculage, le Prollage, rollage, la stratification

 

biographie :

Oeuvres de Jiri Kolar Livre collectif

Jiri kolar, l’oeil de Prague Michel Butor

Ce contenu a été publié dans Historique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.